Accueil > le Voyage > 1 France > ÇA ROULE !!! 29/06/2014
rechercher:

Notre Bouquin est paru!


Ce beau bébé de 0.8Kg avec ses 463 pages, et ses 158 photos noir et blanc coûte seulement 16 €,
mais avec tout son poids, si il doit voyager, son transport coûtera 6€.
Puisque tu meures d'envie de le lire, on va t'expliquer comment faire. Tu as 4 solutions:
  • - Tu envoies un chèque à l’ordre de Oswald Hoepfner ou Anne Labbé à l’adresse suivante :

    Anne et oswald
    La Roche
    36500 Vendoœuvres

  • - Tu passes un virement bancaire. IBAN : FR 02 2004 1010 0902 8374 9U03 050

    Attention ! MARQUE BIEN TON ADRESSE DANS LA CASE PRÉVUE POUR ÇA PAR TA BANQUE !

  • - Tu viens nous faire un coucou et on te fait cadeau des frais de port si tu repars avec un livre.
  • - Tu commandes en ligne. Pour ça, tu cliques sur le bouton « acheter » et tu suis les consignes.
Si tu veux plus d'infos, regarde notre article sur ce magnifique livre en cliquant ici.
  • Article

ÇA ROULE !!! 29/06/2014

Enfin, après toutes nos péripéties, ÇA ROULE !!!
Deux courtes étapes tranquille-pépère, sans problème, sans stress, dans des paysages bucoliques, remplis de vaches, de moutons, de prairies bien vertes, de bottes de foin bien rondes, de châtaigniers, de noisetiers, de fougères et de digitales en fleurs.
Les juments vont bien, la roulotte tourne rond. Fini les ramollissements inquiétants des ressorts de suspension et les bruits bizarres de frottement dans les freins.
Parce que figurez-vous qu’après les réparations chez Éric, nous avons encore eu des soucis (c’était le 26 Juin) sur l’étape qui nous a menés à Crevant ! Un bruit bizarre dans le frein arrière droit. Heureusement, à Crevant, nous avons eu droit pour notre stationnement à une belle prairie communale, à 50 mètres du garage du village.

Contact avec Valery, le mécano, qui nous promet de regarder ça « demain matin ».
Le lendemain matin (27 Juin), le pauvre Valery est débordé ! Son ouvrier n’a pas pu venir, et pour cause : sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer, avait disparu. Nous avons eu droit aux hélicos de la gendarmerie qui tournaient et retournaient en rase-motte au-dessus de nos têtes, à la recherche de la fugueuse. (Qui a été retrouvée vivante, rassurez-vous.) Malgré la somme de travail qui l’attendait, Valery est venu chercher Kaplumbaga avec son 4x4 (pour 50 mètres, ça ne valait pas le coup de garnir les deux juments et d’atteler) et il a passé la matinée sur nos freins. La soudure faite par le mécano de la Pérouille n’avait pas tenu, et un petit morceau se baladait encore là où il ne fallait pas ! Du coup, Valery nous a révisé complètement les deux freins arrière et purgé les freins avant.

Voilà pourquoi désormais, Kaplumbaga tourne dans un silence auquel nous n’étions pas accoutumés.
Et vous savez quoi ? NOUS AVONS FRANCHI NOTRE PREMIÈRE FRONTIÈRE !
Double frontière, en plus. Nous avons quitté l’Indre pour rentrer dans la Creuse, et nous avons quitté le Berry pour rentrer dans le Limousin. En plus, nous sommes passés du pays d’Oïl au pays d’Oc !

28 Juin : Étape à Nouzières, sur un terrain communal, avec eau à proximité. Le luxe !

Là, le copain Michel nous a rejoint avec sa fille, et nous avons passé un fort sympathique après-midi.

29 Juin : nous nous arrêtons à Tercillat. Les juments, en pleine forme, pourraient aller plus loin, mais nous ne ferons pas les fines bouches si nous trouvons un hébergement ! Ne jouons donc pas les hérons au long bec emmanchés d’un long cou... Donc, je gare les juments le long d’un trottoir où elles attendent très sagement. Elles progressent, nos coquinettes ! La mairie est fermée, bien sûr, pour cause de dimanche. Oswald rentre donc dans la vieillotte petite épicerie du village. Qui d’ailleurs ÉTAIT une épicerie : ça fait 20 ans qu’elle est fermée ! Mais l’ex-épicière est bien là, en chair et en os, et dit à Oswald que son fils pourrait peut-être nous héberger. Elle lui téléphone. C’est O.K.
Nous sommes reçus par Jean-Claude, Christine, et leur fils de 20 ans, Clément, étudiant en lettres. Grandiose ! Nos louloutes ont pour elles toutes seules une prairie d’un hectare, déjà entièrement clôturée. Elles sont ravies, et piquent des galops fous...

Quant à nous, invités à déjeuner avec nos hôtes, cavaliers et meneurs eux aussi. Christine et Clément sont gros lecteurs. Donc, un tas de sujets de conversation en commun ! Jean-Claude, menuisier, a construit lui-même leur maison en bois.

Et il connaît bien Éric ! Ils ont fait de l’attelage ensemble.
Voici donc pour les nouvelles succinctes, mais bonnes, cette fois !
À la prochaine,

Anne, Dimanche 29 Juin 2014

2013-2017 Tête de Mulet
| | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | SPIP | Valid XHTML 1.0 Transitional