Accueil > Les préparatifs > Rencontres insolites > De ce qui est arrivé à la TCHATCHE ou Rencontre (...)
rechercher:
En Roulotte pour l'Aventure !
Si ça te demange d'être informé, dès l'heureux moment où il y a un nouvel article sur ce site, tu peux inscrire ton adresse mail dans la première case ci dessous. Ensuite clique sur "inscrire".Là, tu apartiens à la secte des admirateurs de Kaplumbaga et tu recevras un mail le moment donné..
Wenn's dich juckt, immer wenn es was Neues im Schaufenster gibt, dieses auch zu erfahren, schreibe ins erste Feldchen hier unten die Adresse deines Mehlsacks rein. Jetzt klicke aufs Feldchen darunter, wo "inscrire' steht. Jetzt wird dir im gegebenen Moment stets ein Mehl rübergepudert. Prost !

.
  • Article

De ce qui est arrivé à la TCHATCHE ou Rencontre avec l’Inconnu

Il y en a qui aiment tchatcher.
Il y en a qui aiment brouiller la tchatche.

En général :
Il y a ceux qui préfèrent partager, qui aident, qui donnent,
et ceux qui préfèrent nuire, endommager, détruire.

Il y a des Humanistes qui ne prennent note que d’une petite moitié de ce qui est humain.

Ces humanistes ne veulent pas tenir compte de cette grande partie sombre à l’intérieur de cha­cun de nous-mêmes, ni de la part des humains qui sont sous l’emprise de cette moitié noire.
Il y a des lettrés et des utopistes qui ne veulent pas convenir du fait qu’il existe un PLAISIR de nuire et de détruire.
On pourrait attribuer une allocation de vie à chacun, sans ou avec CDD, on pourrait envoyer les riches au bagne, on pourrait abolir toute sorte d’armes, la propriété privée, la finance, les injustices et même la mort : on n’éradiquera jamais les petits et les grands malins qui veulent s’amuser. S’amuser à leur manière.

L’agressivité ? C’est une réaction destinée à combattre une peine, une souf­france qui vient soit d’ailleurs, soit de mon intérieur. J’en parle pas ici.
Je parle de la jouissance de faire mal à l’autre, pas d’une défense, ni d’une nécessite de survie. Ce penchant se manifeste chez certains aussi automatiquement que le rire qui suit le malheur qui arrive à quelqu’un d’autre. Charlie Chaplin gagnait sa vie avec cette capacité de la nature humaine.
Les gens, et leurs logiciels qui ont surchargé notre « Tchatche » avec des multitudes de textes sexistes, en témoignent également.
Paix à leurs âmes, et ça, parce qu’elles, (plutôt ils ?) vivent encore.
Et une chose est sûre et universelle :
Les GENS, ce sont toujours les autres, jamais moi-même.
Moi ?
JAMAIS je n’ai fait de pareilles bêtises !
À l’époque, quand j’étais un petit garçon, l’Internet n’existait pas. Nous utili­sions des boutons de sonnettes pour enquiquiner.
Et, il y a des sages qui disent : restons enfants !
Et un très, très super-sage disait en plus : Si les adultes travaillaient avec la même ardeur que celle avec laquelle un enfant joue, le monde aurait un autre vi­sage.

Et tiens, son visage est entrain de changer !
Et la Tchatche aussi.

oswald, 19 juillet 2013

2013-2017 Tête de Mulet
| | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | SPIP | Valid XHTML 1.0 Transitional