Accueil > le Voyage > 4 Magyarország > La Manne et la Merde, ou le charme inéluctable (...)
rechercher:
En Roulotte pour l'Aventure !
Si ça te demange d'être informé, dès l'heureux moment où il y a un nouvel article sur ce site, tu peux inscrire ton adresse mail dans la première case ci dessous. Ensuite clique sur "inscrire".Là, tu apartiens à la secte des admirateurs de Kaplumbaga et tu recevras un mail le moment donné..
Wenn's dich juckt, immer wenn es was Neues im Schaufenster gibt, dieses auch zu erfahren, schreibe ins erste Feldchen hier unten die Adresse deines Mehlsacks rein. Jetzt klicke aufs Feldchen darunter, wo "inscrire' steht. Jetzt wird dir im gegebenen Moment stets ein Mehl rübergepudert. Prost !

.
  • Article

La Manne et la Merde, ou le charme inéluctable du sacré 5/8/2015

  • D’abord je ne voulais pas en parler. Je n’osais pas l’avouer, blasphémateur que je suis.
  • Mais il faut qu’il soit craché, le morceau  : Je suis profondément touché.
  • C’est Géza et sa Krishna-communauté au Ludas Tó qui m’ont ouvert les yeux pour voir pas mal de choses avec une autre lumière, sous un autre angle.
  • Comment est-ce possible ? Notre séjour chez eux qui a duré une bonne semaine ne peut pas être la seule raison. Dès le premier abord, il y a eu quelque chose qui m’a sauté aux yeux : Ce calme indescriptible d’où émergeait la force d’une certitude absolue.
  • Tant de sérénité, tant d’apaisement, tant de gentillesse, basée sur des fondations de tant de superstitions, de bêtises et de règlements ridicules, scrupuleusement suivis. Pourquoi des humains intelligents, sensibles, pleins de compassion se construisent-ils une telle camisole de force bourrée de croyances grotesques ?
  • Croient-ils vraiment que Krishna les gronderait s’ils goûtaient aux mets pendant qu’ils font leur popote ? Ou s’ils épluchaient la patate dehors, pas dans la cuisine, nettoyée avec un geste de bénédiction auparavant ? Ou est-ce que ce sont seulement des symboles de leur respect ?
  • Serait-ce exactement de cet étau que rayonnerait cette paix intérieure ?
  • Quand j’ai vu ces gens-là, j’ai plutôt eu cette impression. Ce qui ne veut pas dire que chaque croyant d’une religion quelconque patauge dans une flaque de paix intérieure. Là, j’en ai vu de belles ! Des fanatiques, même potentiellement dangereux, des timorés, des aigris, des rêveurs déboussolés, des mordus écervelés, de toute sorte.
  • Lors de notre halte au Ludas Tó nous avons pu assister à deux rites indiens des deux bouts du monde. Une fois c’était l’adoration de Krishna dans une espèce d’aumônerie spécialement arrangée pour ça. Une autre fois c’était une invocation des forces naturelles à la façon amérindienne imagée, dans une hutte de sudation.
  • Eh oui ! Dans notre société de consommation on se sert pour ses besoins spirituels au supermarché immatériel où l’on trouve toutes sortes de momies, rafraîchies, des croyances lointaines. Soit lointaines dans le temps soit lointaines dans l’espace. Encore mieux : les deux à la fois. Meilleur rendement ?
  • En tout cas, chacun concocte sa ratatouille spirituo-religieuse individuelle. Ou encore, il écrème du brouillamini des églises officielles ce que lui plaît : « ce que Jésus a voulu et dit vraiment », par exemple.
  • Mais ce qui est frappant c’est le résultat, chez quelques-unes et quelques- uns, de ces démarches.
  • J’en suis aussi frappé que par les miracles des barreurs de feu ou de
  • l’homéopathie, très en vogue dans certains milieux bio. Il y a réellement de la sagesse et de la bonté qui surgissent de tout ce fumier bouillonnant.
  • Tout ça serait bien folklo, s’il n’y avait pas un fond fortement dangereux dans certains croyances :
  • °Le missionnarisme des chrétiens qui a justifié l’éradication des cultures américaines et le colonialisme.
  • °L’échelonnement hiérarchique extrême du cosmos dans l’hindouisme qui entre facilement en connivence avec le système des castes et ses aberrations.
  • °La croyance en un dieu qui distribue généreusement, dans l’ancien testament, des régions déjà densément habitées comme terre promise à son peuple élu, ce qui justifie aujourd’hui l’expulsion des Palestiniens et la spoliation de leurs terres.
  • °Et je me demande bien lesquelles des traditions musulmanes permettent aux terroristes d’égorger les mécréants, cerise sur le gâteau.
  • Malgré ça, toutes ces croyances ont formé des humains sages et rayonnants dans leur bonté. Certes, ce sont des cas assez rares, parmi tous les assassins, les parasites et leurs sbires, les prétentieux avec leurs pyramides et leurs cathédrales bâties du sang et de la sueur de milliers d’exploités. Certes.
  • Mais, il y en a.
  • Comment est-ce possible ?
  • Peut-être est-ce notre condition humaine qui laisse germer d’un amas de préjugés, de stupidités, et de cruautés des fleurs de bonté, et qui laisse se pervertir la bonté en intolérance et mesquinerie. Phénomène qui ressemble aux belles fioritures sculptées dans le bois d’une guillotine.
  • La raison ?
  • Outre la tendance à orner et à se pavoiser, je suppose que c’est la croyance en Une Vérité, et bien sûr la foi dans le fait que sa propre religion l’approche mieux que les autres.
  • Notre voyage est un chemin parmi d’autres. C’est un morceau de notre chemin de vie. C’est la raison pour laquelle il est la voie la plus vraie et la plus certaine, avec toutes ses incertitudes.
  • Mais pour nous seulement, pas pour les autres.
  • (. . . ce qui ne nous empêche pas de partager notre vécu avec ces traces écrites en lustrant notre plus belle cyber-plume, et de battre la grosse caisse de nos aventures sur Facebook . . .)
  • Nous ne sommes ni des Sages, ni des Saints.
  • Cherchez ailleurs, mais gare aux pièges ! Et sachez :
  • La seule vérité, c’est qu’il n’y en a pas, celle-ci incluse.
  • oswald

2013-2017 Tête de Mulet
| | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | SPIP | Valid XHTML 1.0 Transitional