Accueil > le Voyage > 2 Italia > Mieux vaudrait-il n'en point parler ? (...)
rechercher:

Notre Bouquin est paru!


Ce beau bébé de 0.8Kg avec ses 463 pages, et ses 158 photos noir et blanc coûte seulement 16 €,
mais avec tout son poids, si il doit voyager, son transport coûtera 6€.
Puisque tu meures d'envie de le lire, on va t'expliquer comment faire. Tu as 4 solutions:
  • - Tu envoies un chèque à l’ordre de Oswald Hoepfner ou Anne Labbé à l’adresse suivante :

    Anne et oswald
    La Roche
    36500 Vendoœuvres

  • - Tu passes un virement bancaire. IBAN : FR 02 2004 1010 0902 8374 9U03 050

    Attention ! MARQUE BIEN TON ADRESSE DANS LA CASE PRÉVUE POUR ÇA PAR TA BANQUE !

  • - Tu viens nous faire un coucou et on te fait cadeau des frais de port si tu repars avec un livre.
  • - Tu commandes en ligne. Pour ça, tu cliques sur le bouton « acheter » et tu suis les consignes.
Si tu veux plus d'infos, regarde notre article sur ce magnifique livre en cliquant ici.
  • Article

Mieux vaudrait-il n’en point parler ? 12/3/2015


Une chose est certaine :
il existe des sujets qui ne sont pas propices à être étalés sur la place publique.
Et surtout, il est absolument interdit de poser certaines questions indiscrètes sur ce qui est caché derrière ce rideau de non-dit.
Ce qui, bien que chargé de sens, bien que d’une importance vitale, reste au fond du trou noir de la politesse, laisse donc aux fantasmes un champ plein de liberté.
En conséquence, ces sujets-là revêtent un intérêt suprême.
Respectons le Sacré ?
D’esquisser un croquis (ne parlons pas d’une caricature) de Dieu et de son Prophète est un sacrilège pour chaque bon Musulman. Si tu veux savoir s’il existe une vie après la mort, fais-le. Tu le sauras aussitôt.
Et si le Dieu des Écrits Sacrés des Chrétiens a créé l’homme à son image, a-t-il un tube digestif comme nous ? Quelle question blasphématoire !

Vu que les pauvres Églises ont perdu tout leur pouvoir, qui s’est exprimé pendant des siècles dans des actes terroristes comme les autodafés, l’inquisition, les croisades, les bûchers de toute sorte, oh, les bon vieux temps perdus ! ! !, et vu la victoire présente de l’antéchrist, je ne cours pas grand risque d’être expédié dans l’au-delà par un vrai, par un bon chrétien. Il n’en existe plus !
C’est vrai, quoi ! Notre culture est en plein amollissement  : plus aucun acte terroriste n’est commis au nom du Christianisme comme aux bons vieux temps.
Ils n’ont plus de la niaque ces Chrétiens !
Ceux qui ont survécu à ce déclin de notre civilisation, ce ne sont que des pusillanimes et des amochés.
Mais parmi tous ces couards qui vivotent sur les décombres de notre jadis si grande culture européenne, il existe encore quelques courageux. Ce sont les gens bien élevés, les respectueux.
Et parmi eux, une petite minorité lit nos articles, ah oui, il y en a !
Si toi, cher lecteur, tu fais partie de cette illustre fraction des humains respectueux d’autrui, mieux vaut cesser immédiatement ta lecture ici, lis plutôt les autres articles de notre site, pas celui-là.
Si tu n’es pas trop sûr du groupe d’individus auquel tu appartiens, teste-le. C’est facile. Réponds à ces deux questions :
As-tu déjà demandé son poids à une dame ?
As-tu déjà interrogé un monsieur sur son salaire ?
Si c’est NON, tu es civilisé.
Si c’est OUI, tu es un barbare, et tu peux continuer ta lecture.

Jusqu’à ce jour, personne ne nous a demandé (A) où et comment nous nous exprimons rectalement, et (B) d’où viennent nos tunes et surtout, combien il y en a.

Apparemment nous ne sommes entourés que d’individus mous et civilisés, faisons-en de la confiture, mettons-les en bocaux, ils sont trop mignons ! (je peux le dire, sachant qu’ils ont cessé de continuer leur lecture)
Voici les réponses :

Point n° A
En général c’est dans les buissons.
S’il y en a.
En ville on trouve des chiottes publiques. Ou bien on prend un chocolat chaud dans un café pour faire autre chose après. (Anne plutôt avant) Mais attention, il faut se remouliner : le chocolat constipe.
Alors là, pas de problème.
Mais s’il n’y a ni café, ni buisson ?
Toujours pas de problème, au moins pour oswald.

Il sait maîtriser son tube digestif presque comme Dieu.
Comme les chameaux qui boivent quand ils trouvent une oasis, et non pas quand ils ont soif, il se soulage quand il trouve une bonne occasion et non pas quand il en a envie.
Un bosquet avec un ruisseau, une ruine avec des tapis de Fleurs des Dames, blanches et roses, ou tout autre cachette, généralement débusquée par Anne. Il sort pour cette occasion sa fiasque-étron, la remplit d’eau, et se dirige calmement vers le lieu du crime. Il le commet, il se lave le derche avec de l’eau, il est soulagé, il est content.
S’il déniche de suaves feuilles à côté, il se torche avant de se laver.
C’est tout.
Cette acrobatie rectale de pouvoir se retenir et d’attendre jusqu’à la découverte d’un endroit convenable n’est pas donnée à tout le monde.
Ces pauvres gens sans aptitude à dompter leur sphincter célèbrent ce rituel privé égoïstement quand ils en ont envie, ou carrément quand ça urge. Ils doivent donc se débrouiller autrement.
Sur une virée comme la nôtre ce n’est pas toujours très pratique. Ce manque doit être compensé par une plus grande inventivité.
C’est le cas de ma Anne : ce que lui manque en aptitude rectale est largement compensé par sa faramineuse capacité cérébrale, et surtout par son aptitude à dépister le lieu adéquat.
Très forte en botanique appliquée, elle trouve toujours une ou deux feuilles propices à être utilisées comme torche-cul. Et elle n’a pas besoin d’eau froide, notamment en hiver. Ça enrhumerait son délicat popotin, ce qui la ferait éternuer sans cesse.
Par derrière.
Imagine !
En ce moment alors que les buissons sont dénudés et transparents comme des vitrines de chez Chanel aux Champs Élysées, comment faire ?

Quand elle s’aventure dehors malgré tout, elle se laisse accompagner par quelques feuilles de PQ qu’elle rapporte au foyer pour les faire brûler. Elle n’aime pas semer de jolies fleurs roses et blanches, les Fleurs des Dames..

Quand aucune autre possibilité ne s’offre à elle, elle se contente du Calice de Délivrance comme dernier recours. À l’intérieur de notre habitacle multifonctionnel. D’abord pipi dans le pot, puis le vider, bien entendu vers le dehors. Après ça, journal en trois couches mis au fond du récipient, et là, enfin caca, sans oublier de bien viser. Enfin, le tout convenablement emballé dans la Stampa ou le Corriere della Sera, pas du tout dans Charlie, quel blasphème  ! Le paquet est jeté au feu qui brûle allègrement dans le poêle, celui-ci faisant office d’incinérateur pour cette occasion.
Problème résolu.
Pour Anne.
Et là, oswald est heureux et un timide sourire fleurit furtivement son visage.
Ça suffit en ce qui concerne le point A ?
S’il y a encore des aspects non mentionnés, écris nous. Vu que la crémation n’est plus possible en été car l’incinérateur multifonctionnel est hors service, on espère arriver dans des régions plus campagnardes que celles du nord d’Italie.

Point n° B
Pour bien vous faire comprendre comment ce point sera traité, d’abord une brève explication :
Malgré son appartenance incontestable à la rubrique des barbares, oswald n’est néanmoins pas si barbare que ça. On peut le constater au fait qu’il ne s’est pas encore laissé aller lors de la visite d’une église, malgré la présence d’une quantité suffisante d’eau dans les bénitiers et la confortable cachette des confessionnaux. Il existe quand même des circonstances dans lesquelles il réagit avec une certaine réserve. On dirait même avec une légère ébauche de respect.
Donc, le pognon :
Vu notre âge, on vit de notre retraite comme chaque honorable retraité qui part avec son camping-car pour ne pas rester vivoter dans un état végétatif pur et simple.
En plus, oswald touche sa modeste pension d’Allemagne, ce qui veut dire qu’elle est un peu plus élevée que celle d’un prof en France. Vous savez peut-être que les Allemands compensent leurs prix un peu plus bas avec des retraites un peu plus hautes. Ils le font exprès afin que les autres Européens n’éprouvent pas de difficulté à trouver un bouc émissaire pour expliquer la crise qui frappe spécialement leur propre pays. Vous voyez, c’est du pur altruisme !
Mais quand même, l’achat de la Roulotte (10 000 Œufs-Rot), des harnais
(5000), l’aménagement intérieur et l’équipement comme l’installation électrique, chauffage, isolation, „ameublement“, décoration et autre, plus ou moins quelques milliers aussi. On n’a pas fait le compte pour ne pas se gâcher les rêveries pendant les préparations. Avec les mulets (4000, remboursés seulement 1500, gentil de la part de Denis, n’est-ce pas ?) et les juments (3000) inclus, on aurait pu s’acheter un camping-car comme tous les autres croulants pleins d’allant. (. . . entre nous, liriez-vous nos articles dans ce cas là ?)
Comme vous voyez, nous agissons par pur altruisme également : C’est pour alimenter vos rêves qui sont plus doux que la réalité humide et bien frisquette dans laquelle nous nous prélassons en ce moment.
Vous le ne saviez pas ? À partir d’un certain âge on prend soin d’améliorer la probabilité d’accéder au paradis par des bonnes œuvres :
Ce que nous faisons en dépensant nos épargnes pour votre plaisir.
Comme je suis fier de moi !
Pendant le voyage c’est la bouffe qui coûte le moins. On se paye de temps en temps un petit resto. Le vin, ici en Bella Italia, jusqu’à maintenant, c’est cadeau.
Les vaccinations des bêtes, les vétos pour Noé (exception : Carolina, c’était gratos !), les onctions et les médocs pour eux, ça coûte un peu. Et surtout cette sacrée traversée des Alpes qui nous a coûté 1500 œufs-rot ! Pour nous on n’a pas payé beaucoup. On nous a même donné des vêtements chauds, cadeau !
On est tellement occupé avec le quotidien, à tchatcher, à ne rien faire, qu’on n’a pas trop le temps de dépenser nos tunes. Ce qui renfloue doucement nos épargnes un peu flagada.
Mais, soyons rassurés, le prochain coup nous attend, et ça coûtera cher.
C’est ma Anne, notre Pythie de Delphes, interprétant les bons et les mauvais Augures, qui en parlera.
Avec délices.
Affaire à suivre.

oswald

2013-2017 Tête de Mulet
| | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | SPIP | Valid XHTML 1.0 Transitional