Accueil > Qui sommes-nous ? > Nos compagnons de route : les mulets Râli...
rechercher:

Notre Bouquin est paru!


Ce beau bébé de 0.8Kg avec ses 463 pages, et ses 158 photos noir et blanc coûte seulement 16 €,
mais avec tout son poids, si il doit voyager, son transport coûtera 6€.
Puisque tu meures d'envie de le lire, on va t'expliquer comment faire. Tu as 4 solutions:
  • - Tu envoies un chèque à l’ordre de Oswald Hoepfner ou Anne Labbé à l’adresse suivante :

    Anne et oswald
    La Roche
    36500 Vendoœuvres

  • - Tu passes un virement bancaire. IBAN : FR 02 2004 1010 0902 8374 9U03 050

    Attention ! MARQUE BIEN TON ADRESSE DANS LA CASE PRÉVUE POUR ÇA PAR TA BANQUE !

  • - Tu viens nous faire un coucou et on te fait cadeau des frais de port si tu repars avec un livre.
  • - Tu commandes en ligne. Pour ça, tu cliques sur le bouton « acheter » et tu suis les consignes.
Si tu veux plus d'infos, regarde notre article sur ce magnifique livre en cliquant ici.
  • Article

Nos compagnons de route : les mulets Râli...

Nos compagnons de route :
les mulets
Râli et Sekü sont deux mulets hongres, frères par leur maman percheronne, Navette de Blanzay. Le père de Râli, c’est Gabriel, celui de Sekü, c’est Marius, tous deux ânes de la race Grand Noir du Berry. Inutile de préciser que cela nous donne deux gros pépères bien costauds ! Tous les deux bien attelés en paire, complices et chamailleurs, comme les deux bons frères qu’ils sont.

Râli

Râli, c’est l’aîné. Huit ans, très dominant, assez sûr de lui, et pas toujours commode avec son frère ! Testeur avec ça ! Il ne posait aucun problème à son ancien maître, et n’en a pas posé les deux jours qui ont suivi son arrivée à la maison. Puis il a toisé de haut la minuscule petite bonne femme qui prétendait lui donner des ordres, et a décidé de voir si par hasard il ne pourrait pas prendre quelques initiatives non prévues au programme. Et pour commencer, refuser de donner ses pieds, par exemple, ou arracher la longe des mains de l’enquiquineuse (50 kilos contre près de 600, vous imaginez bien, avec un malheureux licol basique !) Il a fallu user de certains moyens de persuasion, et négocier. Heureusement, la petite bonne femme ne s’appelle pas Anne pour rien, elle est aussi têtue qu’une bourrique, et finalement, entre bourriques, on se comprend, n’est-ce pas ? Les compromis ont été trouvés. Et ce brave Râli n’est pas méchant pour deux sous. Très amical, très câlin, il adore tout particulièrement qu’on lui gratouille l’intérieur des oreilles.

Sekü

Sekü, sept ans, nous avait été présenté comme craintif, sur l’œil, pas toujours facile. Il avait peur de l’eau et refusait de donner ses postérieurs. Il n’hésitait d’ailleurs pas à taper en visant soigneusement la jambe de qui tentait de les lui toucher ! Au point que cela faisait un peu peur. Comment lui apprendre les bonnes manières sans se mettre en danger ? Le coup de foudre entre Oswald et Sekü a été immédiat. Sekü, dont nous craignions qu’il ne nous pose quelques soucis, à très rapidement pris confiance en nous. Le problème des postérieurs a été réglé en trois semaines. Quand à la peur de l’eau, la gourmandise en est rapidement venue à bout. Que ne ferait-on pas pour une carotte ! Comme Sekü est le gros chouchou d’Oswald, et que cet Oswald-là ne lui parle qu’en Allemand, il est très rapidement devenu bilingue et comprend les ordres dans les deux langues.

Notre Ange Gardien : Azerty

Un chien ? La question pouvait se poser. Un chien ne broute pas l’herbe des bas-côtés. Comment le nourrir correctement ? N’aurons-nous pas, du côté de la Turquie, quelques problèmes avec les chiens errants ? Et puis bien sûr, c’est une responsabilité supplémentaire. Mais... Ne nous faudra-t-il pas un gardien fiable, capable de nous avertir au cas où... Et de nous défendre, même, au besoin ? Et lequel choisir, parmi tous les chiens ici présents ? Éliminons d’office les épagneuls, si gentils, mais si peu gardiens. La dalmatienne est trop âgée. Restent les deux braques de Weimar. Akita ou Azerty ? Elles sont sœurs jumelles. Une visite chez le vétérinaire s’impose : peut-être l’une des deux présentera-t-elle une faiblesse quelconque qui l’éliminerait d’office. Verdict : toute les deux aptes au voyage. Après bien des hésitations, nous optons pour Azerty. Elle a moins de prestance, mais elle me semble plus fiable. Oswald est un peu déçu : il avait une préférence pour Akita. Qui s’est disqualifiée d’elle-même en coupant sa laisse à l’aide de ses dents lorsque nous sommes revenus de chez le véto. Imaginons qu’elle se mette à ronger les harnais, ou les pneus de la roulotte ?
Ce sera donc Azerty. Elle est accoutumée à suivre vélos et chevaux, elle est très obéissante, et elle a été éduquée au pistage, ce qui peut éventuellement être utile.
La présence d’une chienne entre leurs jambes ne dérange absolument pas nos deux mulets. C’est un bon point pour eux. Et – j’espère ne pas me tromper – je suis presque sûre qu’Azerty ne laissera personne nous chercher noise.

Kaplumbağa : la Roulotte

Et voilà, nous avons commis une folie : nous avons craqué pour la petite roulotte Archimède, super légère, construite comme un bateau. Elle est mignonne, non ? Si tout se passe bien, elle va devenir notre maison pendant environ deux ans. Mais y’a du boulot en perspective ! Isolation, aménagements intérieurs, électricité (nous allons la décorer avec des panneaux solaires.)
Pourquoi Kaplumbağa ? Eh bien, c’est la tortue, en langue turque. Ce mot-là sonnait bien à nos oreilles. Et comme nous avons décidé de savourer la lenteur... Et puis ce nom nous a inspiré l’idée de notre logo, superbement dessiné par Djama.
( www.djamalebolu.blogspot.com )
Premier gros souci : elle était conçue, avec sa limonière, pour atteler un seul cheval. Adapter le timon pour atteler en paire n’a pas été une mince affaire ! Heureusement l’ami Paulo, spécialiste ès roulotte, nous a délivré de notre perplexité. Et Denis, le ferronnier de Mézières-en-Brenne, nous a exécuté de superbes soudures. Seulement voilà, l’avant de Kaplumbağa a été un peu trop alourdi, et cela risque sérieusement de poser quelques petits problèmes. Enfin, nous verrons avec les premiers essais...

Anne et oswald

2013-2017 Tête de Mulet
| | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | SPIP | Valid XHTML 1.0 Transitional